Voici un condensé de l’actualité autour de l’observance, la PDA et le bon usage du médicament en général, en ce mois de février 2017. Celle-ci a notamment été marquée par les premiers résultats de l’expérimentation autour de la dispensation de médicament à l’unité et son impact sur l’observance.

Voici une sélection de quelques articles, que nous partageons aussi avec vous quotidiennement sur les réseaux sociaux Twitter et Facebook @medissimo

26/01/2017 dans Le Figaro Santé

Médicaments: un Français sur deux ne suit pas ses prescriptions

Cette étude IFOP, pour Mylan et l’agence Elan Edelman, montre que une personne interrogée, ayant suivi un traitement médical, sur deux n’a pas respecté scrupuleusement les prescriptions de leur médecin. 34% oublie de temps en temps, 11% adaptent, et 3% arrêtent avant la fin. 63% des patients qui ont adapté leur traitement disent « ne pas aimer trop prendre de médicaments », 27% qu’il ne convient pas à leur rythme de vie, 25% ne comprennent pas leur utilité. Ils sont également 27% à oublier très souvent de le prendre.

Le sondage révèle également que les Français attendent plus d’informations sur le rôle de chaque médicament, leurs effets indésirables, et des risques encourus en cas de non-suivi scrupuleux du traitement.

Autres chiffres intéressant : 74% voudraient que la posologie soient mieux indiquées et les outils numériques sont plébiscités (piluliers 50%, SMS ou alertes 46%).

Nous les invitons à découvrir les solutions d’observance connectée de Medissimo, notamment l’application mobile et le pilulier connecté imedipac. Ainsi ils seront alertés, n’oublieront plus leurs médicaments, et auront moins à se soucier de la posologie puisque chaque compartiment correspond à un moment de prise. Les professionnels de santé partenaires (pharmaciens, infirmiers et médecins) sont là pour conseiller les patients et les informer sur l’utilité de chaque médicament et les éventuels effets indésirables.

13/02/2017 sur Egora.fr

La dispensation d’antibiotique à l’unité favoriserait l’observance

Un premier retour sur l’expérimentation de la distribution d’antibiotiques à l’unité entre 2014 et 2015 dans 100 pharmacies volontaires a été publié ce mois-ci. Sur les 100 pharmacies, 75 délivraient les médicaments à l’unité, et 25 étaient témoins.

Seuls 19% des patients ont refusé la délivrance à l’unité, et l’effet sur l’observance semble avoir été très positif. Reste à proposer ces médicaments en pilulier pour en améliorer l’efficacité !

« Le chercheur estime que la dispensation à l’unité favorise l’observance. « C’est un effet inattendu : la dispensation à l’unité a favorisé l’observance. Dans le groupe qui avait reçu un traitement à l’unité, nous avons constaté deux fois moins d’inobservants », explique-t-il. »

Une bonne nouvelle car, cette fois, cette mesure est étudiée autrement que sur le seul aspect économique. Plusieurs candidats à la présidentielle semblent d’ailleurs l’avoir inscrit dans leurs programmes preuve que l’idée fait sérieusement son chemin.

14/02/2017 sur BFM TV

Hypertension: une pilule « quatre en un » donne des résultats prometteurs

Une autre piste pour améliorer l’observance est bien sûr de simplifier les traitements et d’éviter les effets secondaires. Cet article évoque par exemple cette pilule qui regroupe 4 anciens comprimés et qui serait aussi efficace sans les effets indésirables. On n’en est pour le moment qu’au stade de l’essai clinique mais ces résultats sont encourageants.

21/02/2017 dans Le Moniteur des Pharmacies

Convention pharmaceutique : l’enjeu de la diversification de la rémunération

Ce texte clé est renégocié actuellement entre les représentants des syndicats et ceux de l’assurance maladie. Parmi les questions les plus discutées, il y a la rémunération de nouvelles prestations. Outre la perception à l’ordonnance et la vente de médicaments, on retrouve dans les revendications un honoraire spécifique pour les interventions pharmaceutiques, et les services comme la livraison à domicile, ou la préparation des doses administrer (autrement dit la PDA en piluliers).

21/07/2017 sur Buzz e-santé

La santé connectée plébiscitée par les médecins

On sait par divers études et sondages que les français accordent leur confiance à leurs médecins, notamment quand il s’agit de conseils comme l’utilisation d’une application ou d’un objet connecté. Nokia et la MACSF ont mené une étude auprès de ceux-ci afin de connaître leur perception de la e-santé.

Ce sont des « early adopters » ils sont 1 sur 4 à posséder un objet connecté. Pour ceux qui l’utilisent dans un cadre professionnel, 43% y auraient recours pour établir un diagnostic.

Les freins seraient des craintes quant aux données personnelles, ainsi que leur responsabilité en cas de défaillance d’un objet connecté.

Plus de 80% d’entre eux pensent que les patients peuvent s’impliquer davantage dans leur maladie grâce aux objets connectés, et près de quatre médecins sur dix pensent que les objets connectés pourraient contribuer à diminuer le nombre d’hospitalisations et à une meilleure gestion des maladies chroniques.

24/01/2017 sur BVA Santé

Extraits du BAROMÈTRE TENDANCES SANTÉ 2017

75% des Français pensent que les progrès technologiques vont permettre aux hommes de vivre mieux dans les années qui viennent. L’infographie complète est disponible via le lien ci-dessous.

Et aussi :

N’hésitez pas à nous suivre pour de prochaines actualités, et à nous partager les vôtres sur notre forum de l’observance.