Le pilulier qui conserve les médicaments est indispensable pour de nombreuses personnes malades ou dépendantes. Il permet de retrouver l’ensemble de la prescription. 

Cet objet anodin a traversé les siècles et il existe des preuves de boites pouvant contenir des médicaments ou des plantes depuis le 18ème siècle. On retrouve des piluliers en ivoire, en cuivre en argent ou en or avec un ou plusieurs compartiments.

L’origine historique du pilulier :

Ce que l’on sait moins, c’est qu’historiquement le pilulier servait à fabriquer les médicaments.

Il est donc à l’origine du comprimé tel que nous le connaissons aujourd’hui. En effet la pilule était une composition sèche composée d’ingrédients mis en poudre et incorporés dans un liquide.

Puis, on en fit plutôt une mixture qui se présentait sous forme de pâtes présentées en petits pains ou petites boules.

La Pharmacopée Universelle de 1715 répertorie plus de 130 formules de pilules, composées de plantes indigènes notamment.

Senior Pilulier Semainier

Conclusion

Ce système a évolué jusqu’à la mécanisation et le pilulier fabricant de médicaments a disparu des officines.  Il reste donc quelques jolis objets purement décoratifs et certains sont exposés dans des musées pour la valeur de leur fabrication, sertis d’argent d’or ou de pierre précieuses ou plus simples en bois mais conservés pour témoigner de l’évolution de la médecine.

Aujourd’hui le pilulier en tant que récipient pour contenir les médicaments est de plus en plus utilisé et parfois indispensable dans notre société grande consommatrice de médicaments .

Il existe désormais de nombreux type de piluliers voir ici pour en savoir plus

Senior Pilulier Semainier

Fabriquer des médicaments avec un pilulier

La pâte obtenue était découpée en morceaux plus ou moins égaux puis roulés dans les mains. Mais évidemment la posologie n’était pas parfaite. C’est au 18éme siècle qu’un nouvel outil est inventé : Le pilulier.

Il  était composé d’une plaque dentelée comme une scie dans laquelle on introduisait la pâte afin de tracer des repères et de pouvoir faire une découpe homogène.

On finissait par rouler la pâte entre les mains, et si le résultat était trop dur, on la ramollissait avec de l’huile et même parfois avec de la salive…(gloups !)

pilulier Medissimo