Depuis 2015 La loi d’adaptation de la société au vieillissement permet un droit au répit. Ce droit au répit permet aux proches aidants  des personnes âgées en perte d’autonomie de se reposer ou de se dégager du temps.

Qu’est-ce que l’APA et comment en bénéficier ?

Pour bénéficier de l’APA (Allocation Personnalisée d’Autonomie) Vous devez : être âgé de 60 ans ou plus, résider en France de façon stable et régulière, être en perte autonomie, c’est-à-dire avoir un degré de perte d’autonomie évalué comme relevant du GIR 1, 2, 3 ou 4 par une équipe de professionnels du conseil départemental. 

Aucune condition de revenu n’est nécessaire pour bénéficier de l’APA. En revanche le montant attribué dépend lui du niveau de revenus. La demande de l’APA est faisable à domicile.

Le droit au repit - APA

Quand le droit au répit peut-il être activé ?

Le droit au répit peut être activé quand le plafond du plan d’aide APA de la personne aidée est atteint.

Le droit au répit peut alors financer dans la limite de 509,76 € par an : l’accueil de la personne aidée dans un accueil de jour ou de nuit, un hébergement temporaire en établissement ou en accueil familial, un relais à domicile.

Les bénéficiaires de l’APA versant une participation financière sur leur plan d’aide acquitteront une participation sur le droit au répit dans les mêmes conditions.

Pour en savoir plus vous pouvez lire des articles plus détaillés sur le site de l’association Française des aidants.

Le droit au répit - Medissimo

Qui a le droit au répit ?

Les personnes concernées par le droit au répit sont les proches aidants remplissant ces conditions :

Aidants de personnes bénéficiaires de l’APA assurant une présence ou une aide indispensable à la vie à domicile de leur proche, et qui ne peuvent être remplacés pour assurer cette aide par une personne de l’entourage.

Aidants - Medissimo