Nous vous proposons un condensé de l’actualité autour de l’observance, la PDA et le bon usage du médicament en général, en ce mois d’Octobre 2018.

Voici une sélection de quelques articles, que nous partageons aussi avec vous quotidiennement sur les réseaux sociaux Twitter et Facebook @medissimo

3/10/2018 sur LegiFrance

Décret « services » : le satisfecit de l’Ordre

Il était très attendu depuis la loi HPST de 2009, le décret n° 2018-841 du 3 octobre 2018 relatif aux conseils et prestations pouvant être proposés par les pharmaciens d’officine dans le but de favoriser l’amélioration ou le maintien de l’état de santé des personnes, est paru ! Dans l’ensemble l’Ordre des pharmaciens, les syndicats, comme les groupements s’en félicitent même si certains pointent que l’on aurait pu aller encore plus loin (en intégrant la gestion de l’armoire à pharmacie, l’évaluation des besoins des patients en termes de matériel médical (MAD) et la livraison à domicile).

“« Art. R. 5125-33-6.-Pour l’application du 8° de l’article L. 5125-1-1 A, le pharmacien d’officine peut :
« 1° Mettre en place des actions de suivi et d’accompagnement pharmaceutique. Il prévient la iatrogénie médicamenteuse. Il garantit le bon usage des médicaments et le suivi de l’observance en procédant à l’analyse des informations relatives au patient et à l’ensemble de ses traitements. Sauf opposition du patient, les préconisations qui en résultent sont formalisées et transmises au médecin traitant ;
« 2° Mettre en place des actions de prévention et de promotion de la santé parmi les domaines d’action prioritaires de la stratégie nationale de santé définie en application de l’article L. 1411-1-1. Dans ce cadre, il contribue aux campagnes de sensibilisation et d’information sur des sujets de santé publique. Il transmet aux différents publics concernés des informations scientifiquement validées sur les moyens de prévention et sur les maladies, avec le souci de délivrer un message adapté et accessible au public ;
« 3° Participer à des actions d’évaluation en vie réelle des médicaments, des dispositifs médicaux et de l’innovation thérapeutique en collaboration avec les autorités sanitaires ;
« 4° Participer au dépistage des maladies infectieuses et des maladies non transmissibles ;
« 5° Participer à la coordination des soins en collaboration avec l’ensemble des professionnels concourant à la prise en charge du patient dans le respect de son parcours de soins coordonné par le médecin traitant mentionné à l’article L. 162-5-3 du code de la sécurité sociale.”

C’est le moment pour les pharmaciens de proposer la préparation des doses à administrer (PDA)  au comptoir, grâce au pilulier medipac, à Siapda.fr  et à l’application mobile Observance, qui permettent, lors des Bilans Partagés de Médication notamment, de connaître l’observance du patient et d’oeuvrer au bon usage du médicament avec les partenaires de santé.

vignette-gamme-piluliers-medipac-V2-pro

01/10/2018 sur Le Quotidien du Pharmacien

Bilan de médication : toute la profession appelle à s’engager

C’est un appel lancé par Le Conseil national de l’Ordre des pharmaciens, la Fédération des syndicats pharmaceutiques de France (FSPF), l’Union des syndicats de pharmaciens d’officine (USPO), l’Association de la pharmacie rurale (APR), les groupements, ainsi que l’Association nationale des étudiants en pharmacie (ANEPF)  en faveur du Bilan Partagé de Médication. Les premiers retours des pharmaciens pionniers seraient très encourageants :

« Cette démarche leur a permis de renforcer les liens avec la patientèle et de commencer des échanges interprofessionnels très constructifs », exposent les signataires, indiquant que « certaines pharmacies ont déjà réalisé plus de 50 bilans dans leur espace de confidentialité, dans les EHPAD et au domicile du patient ».

On rappelle que l’objectif fixé est de 20 bilans par pharmacie et par an ce qui semble encore réalisable, et tout semble maintenant prêt pour démarrer chez les différents acteurs concernés, alors que Nicolas Revel, directeur général de la CNAMTS, se serait montré impatient quant à la vitesse de déploiement du dispositif.

Côté patients, France Assos Santé, qui regroupe 80 associations nationales agréées pour représenter les patients et les usagers du système de santé, propose une grande enquête autour des “Perceptions et attentes des usagers sur le bilan de médication”. 

19/10/2018 dans Les Echos

Cancer du sein: trop de Françaises ne suivent pas bien leurs traitements

Une étude, menée en France sur une cohorte de 1800 femmes effectuant le suivi sur le long terme suite à un cancer du sein, montre qu’une jeune femme sur six ne suivrait pas de façon correcte le traitement hormonal complémentaire de la chirurgie, durant l’année qui suit l’intervention. Le Tamoxifene est en effet prescrit pour une durée de cinq ans dans près de 70% des cas. Cela est d’autant plus inquiétant que ces patientes s’exposent à des rechutes et à une diminution de leur espérance de vie. Le but de cette étude est aussi de comprendre les motivations à l’arrêt du traitement, comme les effets indésirables ou d’autres facteurs psychologiques, afin de mieux les aider.

29/10/2018 sur Twitter

La galénique des médicaments génériques aurait également un impact sur l’observance des traitements

  • À  lire sur Twitter

16/10/2018 sur Le Quotidien du Pharmacien

Accès aux soins : un nouveau rapport qui compte sur les pharmaciens et la PDA

Élisabeth Doineau (sénatrice de la Mayenne), Thomas Mesnier (député de Charente) et Sophie Augros (médecin généraliste) ont remis à Agnès Buzin, ministre de la Santé, leur rapport sur l’accès aux soins des patients. Plusieurs pistes sont évoquées parmi lesquelles le tri des petites urgences par les pharmaciens, mais aussi la PDA :

« On pourrait par exemple envisager de financer les activités de préparation des doses administrées (PDA) ou de dispensation à domicile par les pharmaciens d’officine, dès lors qu’ils seraient membres d’une MSP, d’une ESP ou d’une CPTS* ayant fait de la prise en charge des personnes âgées l’un des axes de son projet de santé »

20/10/2018 sur Twitter

71% d’observance perte de CA estimée à 4400 € HT pour la pharmacie

  • À lire sur Twitter

Et aussi :