Nous vous proposons un condensé de l’actualité autour de l’observance, la PDA et le bon usage du médicament en général, en ce mois de Décembre 2017.

Voici une sélection de quelques articles, que nous partageons aussi avec vous quotidiennement sur les réseaux sociaux Twitter et Facebook @medissimo

18/12/2017 sur MSN.fr et Medisite

Diabète : un tiers des gens ne prennent pas leurs médicaments à cause des effets secondaires

Des chercheurs en médecine clinique de l’université de Surrey (Royaume-Uni) ont publié les résultats de leurs recherches sur l’observance des traitements contre le diabète. 30% des doses de metformine ne sont pas prises à cause des effets secondaires. Sur 1,6 millions de patients diabétiques de type II étudiés, c’est paradoxalement celui qui a été le plus fréquemment prescrit !

Il existe des alternatives, d’où l’importance de déclarer ses effets indésirables à son infirmier, son pharmacien et/ou son médecin, par exemple via l’application mobile Observance de Medissimo !

15/12/2017 sur Gerontonews

Les médicaments moins bien acceptés lors d’un trouble de la déglutition

Une équipe de l’Assistance publique-hôpitaux de Paris (AP-HP) a démontré que les médicaments ne sont pas toujours bien acceptés par les patients âgés polymédiqués notamment lorsqu’ils ont des troubles de la mémoire et/ou des troubles de déglutition. La forme et la taille du médicament jouent un rôle majeur dans son acceptabilité au sein de cette population, et donc dans l’observance des traitements.

« Chez ces patients dysphagiques, les petits comprimés (diamètre inférieur à 8 mm) étaient mieux acceptés (100% de l’ellipse dans le profil « accepté ») que les gros comprimés (72% de l’ellipse dans le profil « non accepté »). Les comprimés orodispersibles étaient bien acceptés, que les patients présentent ou non des troubles de la déglutition (100% de l’ellipse dans le profil « accepté »). »

19/12/2017 sur le site du Ministère de la Santé

Remise du rapport « Les données de vie réelle, un enjeu majeur pour la qualité »

Le Professeur Bernard Bégaud, Dominique Polton et Franck von Lennep ont remis à Agnès Buzyn, Ministre des solidarités et de la santé, leur rapport sur les données de vie réelle.

« Le rapport souligne qu’avec la révolution numérique et les possibilités croissantes de collecte et d’analyse d’informations qu’elle permet, la production et l’utilisation de données observationnelles deviennent un objectif stratégique pour tous les systèmes de santé et renouvellent l’approche traditionnelle des études sur les médicaments »

Saviez-vous que le pilulier connecté imedipac est devenu un formidable outil au service des études, pour les industriels du médicament, les organisations de recherche clinique, mais aussi les établissements ou groupement d’établissements sanitaires et médico-sociaux ?

22/12/2017 sur Les Echos

La téléconsultation devient un standard chez les assureurs santé

Les assureurs santé s’emparent de la téléconsultation, en proposant des services à leurs assurés. Le pionnier AXA revendique aujourd’hui 10.000 téléconsultations par an.

« Mais il est encore trop tôt pour dire si cela viendra en plus ou à la place des consultations chez le généraliste. Nous l’envisageons plutôt dans un continuum de services plus large, qui englobera aussi un dispositif de prise de rendez-vous, un outil de calcul du reste à charge en temps réel et un service d’automédication, afin de permettre à chacun de faire l’arbitrage qui lui convient le mieux »

Consultation à distance qui pourrait aussi s’appuyer, si le patient le souhaite, sur les données de son application Observance, afin que le professionnel de santé ait connaissance du traitement en cours, de son suivi et des éventuels effets indésirables.

12/12/2017 sur Celtipharm

Arrivée des patients aux urgences : place du dossier pharmaceutique

Mis en place en 2007, le DP permet de consigner les informations importantes liées au traitement d’un patient. Cela peut être particulièrement important dans le cadre de l’accueil dans un service d’urgence par exemple. Une équipe de l’hôpital Saint-Louis (AP-HP) a évalué sa place parmi les autres sources disponibles et a rendu des résultats particulièrement intéressants.

« Sur les 260 patients inclus, 80 % d’entre eux avaient une carte vitale dont 63,5 % avec un DP renseigné. Une ordonnance/courrier ou un CRH informatif étaient disponibles dans 27 % des cas chacun. Dans 96 cas (37 %), il n’existait qu’une seule source disponible. Cette source unique était le DP dans 72 % des cas, le CRH dans 16 % des cas et une ordonnance/courrier dans 12 % des cas. Quand le DP est la seule source disponible, 49 % d’entre eux contient au moins un médicament considéré à risque »

En complément l’application mobile Observance de Medissimo permet de renseigner sur le suivi des traitements et les éventuels effets indésirables. L’avantage ? Vous l’avez toujours sur vous avec votre smartphone.

04/12/2017 sur Siècle Digital

Apple mène une recherche pour diagnostiquer au mieux la fibrillation atriale

On savait qu’Apple s’intéressait de près à la santé, notamment via l’Apple Watch, cette montre connectée bardée de capteurs comme celui de votre rythme cardiaque (les LED sous le boîtier permettent de calculer la fréquence et le rythme cardiaque en détectant la quantité de sang circulant dans votre poignet). Ceux qui la portent savent que, parfois, elle vous alerte sur celui-ci s’il est trop élevé alors que vous semblez au repos. Apple s’intéresse notamment à fibrillation auriculaire qui est une cause importante de décès et hospitalisations aux États-Unis. En cas de doute sur l’irrégularité de votre rythme cardiaque la montre vous invitera à prendre contact avec le centre le plus proche de chez vous. Il n’est pas impossible que ce service arrive prochainement en France.

« Pour la médecine, c’est l’occasion de mener une étude à taille réelle afin de récolter de nombreuses données et de faire avancer les technologies liées à la médecine. Ce n’est pas les premiers pas d’Apple dans le domaine de la e-santé, les plateformes et logiciels ResearchKit et CareKit sont déjà utilisés par 500 chercheurs et trois millions de participants selon la société. »

Watch_Heart_StudyEt aussi :

N’hésitez pas à nous suivre pour de prochaines actualités, et à nous partager les vôtres sur notre forum de l’observance.

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer