L’année 2017 commence fort, riche en actualités autour de l’observance, la PDA et le bon usage du médicament en général.

Voici une sélection de quelques articles, que nous partageons aussi avec vous quotidiennement sur les réseaux sociaux Twitter et Facebook @medissimo

05/01/2017 sur Santé Magazine

Quelle est la couleur préférée des médicaments pour les patients ?

Est-ce que les comprimés ayant une certaine couleur aident à respecter l’observance d’un traitement ? C’est une question que s’est posée sérieusement le Dr Tricia Ting, neurologue, lors du congrès annuel de l’Amercian Academy of Neurology.

« Une centaine de patients atteints d’épilepsie ont donc été intérrogés. On leur a présenté des gélules de 5 couleurs différentes : blanche, jaune, grise, caramel et marron. On leur a demandé de les classer sur une échelle de préférence en fonction de celle qu’ils trouvaient la plus appropriée, et de celle qu’ils trouvaient la moins appropriée. »

Ce sont celles de couleur blanche ou jaune qui ont eu le plus de succès lors de cette expérience. La couleur marron est source de polémique car elle suscite soit une bonne adhésion ou un rejet total. Les couleurs froides seraient associées à un effet relaxant et la couleur chaude à un effet stimulant (langage des couleurs que les communicants connaissent bien).

03/01/2017 sur Le CRIP.org

La téléconsultation pour favoriser l’observance thérapeutique ?

En Juin 2016 ce service a reçu l’autorisation de pratiquer la téléconsultation dans le cadre réglementé de la télémédecine. Elles peuvent donner lieu à la délivrance d’une ordonnance. Il s’agit avant tout, précisent-ils, de demandes d’informations complémentaires ou de « dépannage » lorsque le patient ne peut pas se déplacer.

« Nos médecins sont très fréquemment amenés à rappeler aux patients les principes de l’observance thérapeutique. Dans les traitements au long cours ou les traitements post-opératoires, il n’est pas toujours facile de joindre le médecin qui a rédigé l’ordonnance. Le patient se trouve souvent démuni après sa consultation et son passage à la pharmacie : c’est une fois rentré chez lui avec ses médicaments qu’il commence à se poser des questions, ne comprenant pas toujours le dosage, le changement d’une molécule, etc. C’est à ce moment-là qu’il a besoin de conseils pour que le traitement soit bien suivi. »

29/12/2016 sur Le Moniteur des Pharmacies

Tiers-payant : un droit pour les patients à 100 % au 1er janvier 2017

Le 1er janvier est souvent l’occasion de mise en place de nouvelles réglementations. Celle-ci est importante pour les patients chroniques puisque le tiers payant chez le médecin et le dentiste devient un droit pour les patients souffrant d’une ALD (Affection Longue Durée) et les femmes enceintes. Le tiers payant doit devenir un droit effectif pour tous le 30 novembre 2017. L’objectif de cette mesure est d’éviter qu’il y ait un renoncement à se soigner pour des raisons financières.

24/11/2016 dans Vidal.fr

Affections de longue durée : prescription d’une « activité physique adaptée » possible à partir de mars 2017

Le 1er Mars 2017 les médecins pourront prescrire « une activité physique adaptée » dans le cadre d’une ALD (Affection Longue Durée) afin de diminuer les facteurs de risque, lutter contre la sédentarité, et améliorer la qualité de vie des patients. Un décret qui vient d’être publié en précise les modalités.

10/01/2017 sur Celtipharm

Vers le remboursement des objets connectés de prévention ?

La commission des affaires économiques de l’Assemblée Nationale a examiné un rapport d’information intitulé « L’internet des objets : le numérique à l’ère de la prédiction ». Celui-ci recommande la prise en charge « au moins partielle » par l’assurance maladie des objets participants à la politique de prévention à destination des populations fragiles.

« Les députées recommandent d’engager « une revue de l’action publique au prisme de l’internet des objets pour déceler les gains de productivité et les nouveaux usages qui peuvent en découler pour améliorer le fonctionnement des services publics »

22/12/2016 sur Ouest-France.fr

Au Mans, une balade virtuelle testée pour apaiser la douleur

Jacqueline, 64 ans, doit subir une ponction de moelle osseuse, parmi les examens réputés comme étant les plus douloureux. Une expérimentation intéressante a eu lieu utilisant la réalité virtuelle afin de distraire le patient et lui permettre de penser à autre chose.

« Pendant son voyage virtuel, Jacqueline a « oublié » la ponction. Elle a juste senti « un picotement » quand l’aiguille a ponctionné la moelle. Plongée dans un univers onirique, composé d’images et de sons en 3D, la patiente détendue a vu son attention détournée. »

Et aussi :

N’hésitez pas à nous suivre pour de prochaines actualités, et à nous partager les vôtres sur notre forum de l’observance.