Professionnels de santé, osez le Community Management.

Publié le 6 mars 2016

Le dernier numéro de Pharmacien Manager (Mars 2016, n°155) contient un article très intéressant qui a particulièrement retenu mon attention de Community Manager de Medissimo. Il est intitulé « Oser le Community Management ».

Pharmacien Manager Oser le Community Management

Pour Medissimo le choix a été évident

Proposer des solutions d’observance connectée sans être présent pour vous sur notre site internet (chat, forum pour les patients et les pros) et les réseaux sociaux, aurait été un non-sens. Mais qu’en est-il pour un professionnel de santé, comme une pharmacie par exemple ?

La question est plus que jamais d’actualité, car les patients n’ont pas attendu pour investir la toile et les communautés de patients.

Quelques chiffres sur les français et la santé sur Internet

Mais

Le Pharmacien, professionnel de santé de proximité, le mieux placé pour informer et conseiller sur Internet ?

Vous leur délivrez leurs médicaments, parfois de manière récurrente lorsqu’il s’agit de patients chroniques. Ils vous connaissent, ils ont confiance en vous, pourquoi ne vous liraient-ils pas aussi sur votre blog, Twitter, ou Facebook ? Et pour ceux qui ne vous connaissent pas encore, ou qui ont pléthore de choix dans votre quartier, pourquoi ne pas apparaître plus visible encore et vous différencier ?

Quelques idées :

  • Soigner sa présentation sur Google, Facebook, et Twitter. Pensez à ajouter votre nom, votre adresse, vos horaires d’ouverture, vos coordonnées (sur Google My Business notamment), votre logo, vos photos.
  • Diffuser de l’information de santé, et votre avis
  • Faire découvrir un nouveau produit et ses promotions en avant-premières
  • Des échantillons à gagner via des petits jeux ludiques
  • Montrez les coulisses de votre pharmacie
  • Posez des questions, répondez aux commentaires
  • Investissez un petit budget pour promouvoir vos publications auprès de votre cible (Facebook et Twitter géolocalisent très bien leurs utilisateurs ainsi que leurs centres d’intérêt).
  • Mettez de manière visible dans votre officine vos @ et autres # 🙂

Augmenter ses revenus grâce à Internet ? Pensez à l’affiliation.

Internet peut-être un excellent moyen de fidéliser les plus connectés d’entre-nous.

Vous pouvez aussi choisir de vendre certains produits sur Internet, mais c’est là un tout autre débat, et un autre investissement.

Ce qui est plus simple par contre c’est de placer des liens d’affiliation pour les produits que vous souhaitez promouvoir. Par exemple : Parlez du pilulier connecté imedipac et utilisez votre lien personnel, et vous êtes commissionnés à hauteur de 9% !

Soigner sa e-réputation

Enfin dernier point à ne pas négliger : ce qu’il se dit sur vous. Paramétrez une alerte Google, ou si vous voulez aller plus loin un service de veille professionnel. Dès que vos mots clés sont cités (comme le nom de votre pharmacie ou le votre par exemple) vous êtes informé et pouvez agir.

Rien de pire qu’un client mécontent, à tort ou à raison, qui n’aurait pas reçu de réponse. Un rapport de Colloquy démontre grâce à une étude sur 3295 personnes que l’adage dit vrai : un client mécontent en parlera autour de lui beaucoup mieux qu’un client satisfait. Mieux encore, il pourrait devenir un véritable ambassadeur si vous savez retourner la situation !

Alors qu’en pensez-vous ? Allez-vous oser le Community Management ?

Un commentaire sur “Professionnels de santé, osez le Community Management.”

  1. Des informations sur des pathologies seront également bienvenues, surtout si elles complètent celles qui sont divulguées dans l’officine (affiches interpelant sur la pathologie, article dans le magazine de l’officine, flyer donné par le groupement …). Il sera ainsi plus facile de vendre des services autour de ces pathologies, comme le pilulier électronique !
    Le développement de la communication autour de l’Ethique est plus que souhaitable en pharmacie. Vous démontrez que le besoin d’information est bien présent chez les patients. Quand l’officine ne parle pas assez, d’autres s’en chargent, et deviennent crédibles pour remplacer le pharmacien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.