Le Conseil national de l’Ordre des médecins vient de publier un livre blanc intitulé « De la e-santé à la santé connectée ».
L’Ordre des médecins prend ainsi acte de « la croissance exponentielle des applications et des objets connectés de santé », ainsi que la nécessité pour les médecins de ne pas « ignorer ce monde » mais au contraire de s’approprier les outils pour « améliorer la pratique de leur art ».

CNOM-livre-blanc-sante-connectee

L’ambition de ce livre blanc est de définir le bon usage de la santé mobile au service de la relation patients-médecins et de formuler ses recommandations :

  • Promouvoir une régulation adaptée, graduée et européenne
  • Poursuivre l’évaluation scientifique
  • Veiller à un usage éthique des technologies de santé connectée
  • Développer la littératie numérique
  • Engager une stratégie nationale d’e-santé.

Celle qui a fait le plus parler d’elle concerne le remboursement des dispositifs connectés: « Dès lors que l’évaluation des applications et objets connectés aurait effectivement reconnu leurs bénéfices sur la santé individuelle et/ou collective, il serait cohérent d’envisager qu’ils soient pris en charge par la collectivité […] Le CNOM souhaite que la question de la prise en charge sociale de certains de ces outils soit traitée dès lors que leurs bénéfices auront été scientifiquement évalués. S’il se confirme qu’ils présentent un avantage humain et économique, non seulement sur le bien-être mais aussi en matière de prévention, d’éducation à la santé, de maintien de l’autonomie à domicile, d’aide au handicap, le CNOM estime que les politiques publiques de santé devront les intégrer en amont du système de soins curatifs ».

Le livre blanc rappelle fort justement que « les usages de la m-santé ne pourront s’ancrer durablement dans les pratiques sans un environnement de confiance » celui-ci étant favorisé par des bonnes pratiques en terme de confidentialité et de protection des données recueillies, mais également par la nécessité d’évaluation scientifique.

Medissimo s’inscrit dans cette démarche en s’appuyant sur son expérience depuis 2006 et une vingtaine de publications scientifiques validant son approche de la pda et de l’observance médicamenteuse.
Le pilulier connecté, qui figure selon le CCM Benchmark, au Top 5 des objets connectés les plus dignes d’intérêt, est pleinement dans ces dynamiques.

Sur 36 pages que nous vous conseillons de parcourir, les rédacteurs reviennent également sur les grandes évolutions de la santé connectée en définissant des termes comme e-santé, Télésanté, Télémédecine et m-santé, et en dessinant le profil des mobinautes qu’ils soient professionnels de santé, patients et malades chroniques.

De quoi alimenter notre réflexion et la vôtre autour de ces sujets.

En savoir plus :